Quoi de 9!, Réflexions personnelles!

Réflexions personnelles : Un texte trouvé dans une vieille église de Baltimore en 1692, auteur inconnu…

Prenez le temps de le lire, c’est un texte formidable! Peut-être que vous le connaissez. Je le partage avec vous, bonne lecture


Cliquez sur l’image pour agrandir ou réduire suivant votre écran

Cliquez sur l’image pour agrandir ou réduire suivant votre écran

En fait, ce texte connu en anglais comme « Desiderata poem » a été écrit aux environs de 1920 (certains avancent même la date de 1906), et en tout cas publié en 1927, par un juriste et poète nommé Max Ehrmann (1872-1945), lequel habitait les Hautes terres de l’Indiana aux Etats-Unis.  Après avoir été diffusé dans les années 1940 par un psychiatre soignant les soldats américains de la Seconde guerre mondiale, il a été repris en 1959, pour les membres de sa congrégation, par le recteur de l’église (méthodiste) Saint Paul à Baltimore, dans le Maryland, ville dont la première église (alors en bois) avait été construite en 1692. Le quiproquo provient de ce révérend, Frederick Kates, qui reproduisit ce texte sur un papier à entête de son Eglise « The Old St Paul’s Church » de Baltimore « AD 1692 » – c’est-à-dire fondée à cette date ! Ce document circula sous cette forme parmi ses amis. Puis il est devenu alors un des textes phares du mouvement pacifiste des années 1960. Sur ce, un politicien du parti des Démocrates, Aidlai Stevenson, (candidat par deux fois à la présidence de la république) décéda en 1965 en laissant un exemplaire de ce texte à son chevet, ce qui en élargit considérablement la renommée.

Publicités

19 réflexions au sujet de “Réflexions personnelles : Un texte trouvé dans une vieille église de Baltimore en 1692, auteur inconnu…”

  1. Un texte qui, quelle que soit sa date de conception, est toujours d’actualité. Si l’humain pouvait avoir cette sagesse, il n’y aurait plus ni haines ni crimes, ni jalousies ni peurs et le monde tournerait bien plus long. Puissions-nous nous en inspirer quand nous sentons en nous venir une faiblesse…. Merci d’avoir partagé avec nous la sagesse de ces conseils

    Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour Stéphane , bonjour tout le monde .

    merci pour ce beau texte .
    ça me fait penser à Woodstock et les mouvements hippies , et la paix au Vietnam. Aujourd’hui les mentalités sont bien loin de tout ça , alors OUI remettons ce mode de pensée au goût du jour , ça ne fait pas vieillot , et ça ne fait pas de mal non plus.

    Bises de matinée automnale .
    Chris .

    Aimé par 1 personne

    1. Être soi-même, c’est important, après ça dépend d’un tas de paramètres qui accompagnent notre vie. Le métier, les épreuves de la vie, les conditions de vie peuvent changer une personne! Après ça dépend ou l’on veut aller, vers quelle direction! Moi personnellement, je sais ce que je veux et ou je ne veux plus aller: j’aime le calme, la paix, je fuis les foules, avec l’âge on change aussi, de tempérament. La nature me ressource mais attention , j’aime aussi me retrouver avec mes amis, garder ce lien social! Un texte que je relis de temps en temps, un petit rappel. Merci Yoshimi pour ce retour, bon vendredi ツ

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour Stéphane .

        Je pense que les grandes lignes du caractère ne changent pas , c’est notre identité. Mais face aux choses de la vie il réagit d’une façon inconnue pour nous , car on évolue constamment .L’âge n’a pas d’impact sur le tempérament , même si nous vieillissons on croit qu’il y a un changement , mais il n’y en a pas sauf physiquement évidemment .En clair ce que je veux dire si une personne est méchante elle le restera toute sa vie .
        à contrario une personne bonne même avec les aléas dans son existence le restera toute sa vie également .

        Le fond de l’âme ne change pas .

        bise de temps gris , pluvieux .
        Chris .

        Aimé par 1 personne

  3. Le problème et c’est plus qu’un problème, c’est la mention à Dieu, quand on sait les conséquences mesurables, quantifiables du prétexte de Dieu dans tout ce qui est mortifère, destructeur, morbide, (culpabilité, xénophobie, homophobie, sexisme et j’en passe).

    Baltimore, l’Amérique (in God we Trust!!! Ignominieuse traduction de « E pluribus unum »)…, moi, j’en reste à « The Wire » (Et Dieu dans toussa!)et à ces Merveilleux Fantômes et autres Anges

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s